Cette souffrance si particulière…

Marie souffrait atrocement. D’aussi loin qu’elle se souvenait elle n’avait jamais ressentit une pareille douleur. Allongée sur ce lit depuis des heures maintenant, elle fermait les yeux, enfonçait ses ongles dans le matelas et serrait aussi fort que possible les draps avec ses mains, dans l’espoir d’apaiser cette brûlure qui parcourait tout son corps. Marie souffrait atrocement, et pourtant….un sentiment de bonheur exquis s’emparait d’elle et semblait lui montrer que cette douleur était nécessaire, qu’il fallait qu’elle la surmonte, qu’elle n’avait pas le choix, que sa vie en dépendait. Alors qu’elle savait que plusieurs personnes s’affairaient autour d’elle, un bourdonnement insupportable l’empêchait d’entendre ce qu’ils disaient mais elle sentit une main se poser sur son épaule et Marie se sentit tout de suite moins seule, sans pour autant que le supplice ne disparaisse. Alors qu’elle pensait avoir utilisé toutes ses ressources, son corps se déchira une unique et dernière fois avant que la souffrance ne s’arrête brusquement et que son coeur se remette à battre normalement. Mais le soulagement fit rapidement place à une peur panique lorsqu’elle entendit des cris résonner à travers la pièce et ce durant de longues secondes. Puis elle sembla en une sorte de sursaut se rendre compte de la réalité et elle ouvrit les yeux car elle se souvenait à présent que ces pleurs allaient devenir sa raison de vivre. Et pour la première fois depuis des heures, des larmes de joies coulèrent sur les joues de Marie lorsque que la sage-femme déposa le nouveau né dans ses bras.

Publié dans : histoire courte |le 17 octobre, 2013 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire